Partagez | .
 

 Thelee "You're my golden snitch."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sam 3 Mai - 23:17


You're my golden snitch

Min-Sung s’avança vers ce qui était officiellement la chambre de Théo, son personnage dans a série. Se frayant un chemin parmi les techniciens, il arriva près de la chaise du bureau sur laquelle il prit place. La maquilleuse et la styliste vinrent immédiatement auprès de lui afin de procéder à quelques retouches alors que les régisseurs lumière adaptaient la luminosité à l’aide de panneaux réfléchissants. Ca y est. C’était enfin parti pour l’aventure Enjoy The Show. Ses tous premiers pas en tant que comédien aux Etats-Unis…!
C’est avec une émotion certaine qu’il entendit Stanley Lubrique prononcer son fameux « Silence ! Moteur ! Action ! » avec sa voix si caractéristique et Min-Sung se lança enfin dans le grand bain. Il connaissait son script par coeur, il avait sûrement dû le lire un bon millier de fois depuis qu’on le lui avait donné. Respirant une dernière fois, il se mit immédiatement dans la peau de Théo…


Le syndrome de la page blanche. Cela faisait peut-être une demi-heure qu’il était devant son cahier et il n’avait toujours rien écrit de plus que « Aylee »… Tapotant le bureau en bois avec son stylo, Théo se prenait la tête entre les mains. Il ne savait pas quoi lui dire. Enfin si, il savait quoi lui dire mais pas comment le lui dire. Il releva la tête et contempla le mur au dessus de son bureau recouvert de photos. Il y avait des milliers de photos de lui et Aylee principalement. Aylee était dans sa vie depuis tellement d’années, depuis toujours en fait, que c’était quasiment quelque chose de naturel d’avoir des photos d’elle partout. Sur son mur, dans son portefeuille, en fond d’écran de son bureau ou de son téléphone portable. Aylee était partout. Et surtout dans son coeur. Mais la belle asiatique n’en avait aucune idée malgré les tentatives maladroites du jeune homme pour exprimer ce qu’il ressentait. Tout s’était soldé par de lamentables échecs avec une Aylee totalement incrédule, qui se demandait la plupart du temps si Théo n’avait pas un trouble du bégaiement…
Le jeune homme sortit son téléphone portable de la poche de son jean et parcourut les derniers messages échangés avec Aylee :

« C’est à quelle heure ton entraînement aujourd’hui ? »

« 17h. Pourquoi ? Tu vas venir ? :) »

« Oui… ! Au cas où tu aies besoin d’un super pompier pour t’amener à l’hôpital comme la dernière fois !   »

«  J’te détesteuh. »

« Non tu m’aimes et tu le sais…! I love you  »

Théo passa son pouce sur les derniers mots qu’Aylee lui avait envoyés. Elle avait tellement raison mais ne se rendait même pas compte de la portée de ses mots… Il l’aimait comme un fou, oui. Et il le savait. Depuis toujours. Le seul problème dans cette équation, c’était que la réciproque n’était pas vraie. Ou peut-être pas. Il n’en savait rien en fait. Pour lui, il n’était que le meilleur ami d’Aylee, il ne savait pas ce qu’elle ressentait réellement pour lui. Ils n’en avaient jamais parlé et c’était un peu pour ça qu’il lui écrivait cette lettre aujourd’hui…

Appuyant la mine de son stylo sur le papier, il réfléchit quelques secondes avant de se lancer d’une traite dans la rédaction de sa déclaration :

« Aylee,

On se connaît depuis tellement longtemps toi et moi… Mais malgré les années qui passent, même si tu penses savoir beaucoup de choses sur moi, il y a malgré tout quelque chose que je te cache. Je ne t’ai jamais dit à quel point tu me plais. Tu es un peu comme le vif d’or que je rêve d’attraper, insaisissable, dynamique, mon but ultime. Et tu sais ce qu’on dit sur les vifs d’or, hein ? Personne, ni même son créateur, ne l’a touché avant son entrée sur le terrain… Car une fois attrapé, le vif d’or appartient à celui qui l’a touché. Il ne peut pas y avoir deux personnes qui le possèdent en même temps. Et moi, mon rêve, c’est de pouvoir t’attraper en plein vol Aylee. Et de dire qu’enfin tu es à moi. Et que je suis à toi.

Pardon, tu dois te dire que je ne suis même pas capable de t’avouer en face ce que je ressens pour toi. Alors oui, je l’avoue. J’ai la trouille. J’ai peur de ta réaction, tu ne t’étais sûrement pas attendue à ça de ma part. J’ai peut-être une grande gueule d’habitude mais quand il s’agit de ça, de ce que je ressens pour toi, je n’ai pas envie de jouer…

Love,

Th. »


Théo relut une dernière fois sa lettre avant de la mettre dans une enveloppe. Sur le devant, il écrivit simplement « Aylee »…

« Théo, tu vas être en retard pour ton entraînement !! »

« Oui mamie, j’y vais !! »

La lettre enfournée dans son sac, Théo prit la direction du stade de Quidditch, après avoir fait un bisou sonore à sa mamie qui tricotait tranquillement dans le vieux fauteuil du salon. Ah le quidditch…! Le sport dont tout le monde était fou à Meadfalls, malgré les nombreuses défaites de l’équipe de la ville.
Il était poursuiveur dans l’équipe depuis plusieurs années et… les choses se passaient à moitié bien, à vrai dire. Théo a fait autant de séjours à l’hôpital que de matchs dans l’équipe des Licornes de Meadfalls… Les cognards l’apprécient beaucoup… Beaucoup trop même Théo était réputé pour être « Mr un match - une blessure   »…
Arrivé au stade, il jeta un rapide coup d’oeil vers les gradins mais Aylee n’était pas encore arrivée. Se dirigeant vers les vestiaires, il croisa Thomas qui arrivait en même temps.

« Salut vieux… »

« Hmm.. » grommela Théo, soucieux de ce qu’il allait devoir faire après le match : donner sa lettre à Aylee. Il avait complètement le tract. Jamais il n’allait être capable de la lui donner.

« Ca va pas ? T’es tout pâle ? T’as encore mangé un de tes trucs asiatiques pas frais ? » fit Thomas alors qu’il ouvrait son casier pour sortir ses affaires d’entraînement.

Théo, assis sur le banc en fer, avait ouvert son sac de sport et regardait l’enveloppe qui était posée dedans.

« Thomas… Tu te souviens, la dernière fois que tu es passé me voir à l’hôpital, tu m’as dit que tu m’en devais une parce que je m’étais pris le cognard en pleine gueule à ta place… »

« Oh que oui je m’en souviens !! Il t’avait pas loupé celui-là !! T’as eu quoi déjà ? Une dent cassée ? »

« Nan, une fracture de la mâchoire… Enfin bref… Est-ce que je peux te demander un service du coup ? »

« Bah ouais, du moment que tu me demandes pas de faire du rentre-dedans à la vieille Miss Samovar, tu peux tout me demander  »

Théo se mit à rire en s’imaginant la scène de la vieille folle en rose qui sautait sur tout ce qui bouge malgré ses quatre-vingt ans bien tassés… « Nan, c’est pas ça… J’ai besoin que tu donnes ça à Aylee de ma part… » Il lui tendit l’enveloppe et Thomas la regarda d’un oeil suspect. « Pourquoi tu la lui donnes pas toi même ? Y a du rififi dans l’air entre les meilleurs potes ? »

Théo prit ses vêtements de sport et commença à se changer. Il restait silencieux alors que Thomas attendait sa réponse. « Ok, j’ai compris. T’as pas envie d’en parler… Je vais aller préparer le terrain, si je la vois, je la lui file ok ? »

Théo hocha la tête et murmura un « merci » à l’attention du capitaine et attrapeur de son équipe… Les dés étaient jetés désormais… Ce jour risquait de changer leurs vies à tous les deux. Il caressa tendrement la photo d’Aylee scotchée à l’intérieur de sa porte de casier et prit son balai en main.

xxxxxxxxxxxxxxxxx

Sur le terrain de Quidditch.

« Nan, plus à droite le poteau !! » hurla Thomas à l’intention d’un des poursuiveurs de l’équipe qui l’aidait à installer le terrain. Les gradins commençaient petit à petit à se remplir. Peu importe qu’il s’agisse d’un entraînement ou d’un match, le quidditch, c’était l’attraction ici et tout le monde aimait encourager l’équipe. Alors que Thomas installait le dernier des poteaux, il vit Aylee arriver et s’installer dans les gradins.

« Eeeeh le têtard à hublot !! Viens par là ! » Le petit Lucas, le pauvre gosse qui avait des verres de lunettes aussi épais que les fesses de la grosse Martha, la bouchère du village, courut jusqu’à Thomas, avant de trébucher à deux centimètres de lui, le nez dans la boue. « C’est pas possible…. J’suis entouré de bons à rien dans cette équipe…  » s’indigna Thomas. « Eeeh, sors le nez de là et viens fouiller la poche de mon survêt' » Lucas se releva, nettoyant ses lunettes avec un bout de son tee-shirt qui n’avait pas pris la boue avant de reculer de quelques centimètres. « Bah qu’est-ce que tu fais…? …. … Imbécile, je te demande pas de me peloter !! J’ai les mains occupées avec le poteau de but, prends l’enveloppe qui est dans ma poche et va la donner à Aylee. Et plus vite que ça, ordre de ton capitaine ! »

Le petit Lucas s’exécuta et, une fois l’enveloppe attrapée, il courut jusqu’aux gradins, jusqu’à Aylee. « Tiens ! » dit-il en lui tendant l’enveloppe. « C’est Thomas qui m’a dit de te donner ça ! » Il lâcha l’enveloppe dans les mains de la jeune femme et courut une nouvelle fois en direction du terrain. L’entraînement n’allait pas tarder à commencer, les joueurs commençaient à tous arriver et le public à scander ses chants de soutien…





avatar
Kim Min-Sung
as Théo A. Montgomery

as Théo A. Montgomery
Voir le profil de l'utilisateur
http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t7-min-sung-i-didn-t-create-the-fame-the-fame-created-me http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t82-min-sung-i-think-you-d-have-to-be-crazy-not-to-wanna-kiss-me

Superstar

✮ AVATAR : Lee Min HoT, Asian God.
✮ PSEUDO : NeverSky
✮ CREDITS : moi & nomarionette :)
✮ DATE DE NAISSANCE : 20/06/1988
✮ AGE : 29
✮ REPLIQUES DONNEES : 259



✮ POINTS D'AUDIMAT : 8305
✮ POINTS DE PARTICIPATION : -3477
✮ APPARITION DANS LA SERIE LE : 03/04/2014
✮ MON ROLE DANS LA SERIE : Théo, une crevette qui aimerait devenir un Golgoth du Quidditch... Accessoirement gros poissard xD
✮ MAISON : Escape - Venice Beach.
✮ COTE COEUR IRL : En train de mettre fin à cinq années de célibat... La tornade Lily a emporté mon coeur, je crois bien <3
✮ COTE COEUR SERIE TV : Je l'ai enfin attrapé... mon vif d'or... *-*
✮ MES PENSEES DU MOMENT :


✮ RPS EN COURS :



✮ Real Life ✮

Lily ♥️ "And we were flirting and teasing... And then we kissed."
Tous les acteurs de la série ♥️ Before The Show



✮ Série TV ✮

Aylee ♥️ "Real Love Stories Never Have Endings."

RP terminés:
 




Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Mai - 22:19


You're my golden snitch

Je jetais un rapide coup d'œil sur ma montre en tentant d'être discrète. Hélas, la discrétion n'était pas ma plus grande qualité. « Mademoiselle Columbus, votre montre » Mes yeux se posèrent sur une vieille harpie. Longiligne, blanche, ridée, elle ressemblait à la parfaite vieille fille qui n'a jamais rien fait dans sa vie que diriger une ribambelle d'enfants. Mon père comptait sur elle pour parfaire mon éducation, comme si à 23 ans, j'avais encore besoin de suivre ses cours. J'avais bien tenté de trouver un moyen de m'y soustraire, mais tant que je vivais sous leur toit, je n'avais tout simplement pas le choix. C'était soit ça, soit l'Église et à choisir, je préférais les cours de piano ou de cuisine. Je détachais ma montre avant de la tendre à ma gardienne qui la posa avec sa délicatesse légendaire sur le rebord de la cheminée. « Reprenez.. si vous ne faites pas d'erreur, vous serez libre pour le reste de la journée » Libre, le mot que je désirais tant. Je ne pouvais pas rêver de mieux pour cette après-midi. La seule chose que j'avais en tête, c'était de retrouver Théo. On s'était quitté depuis hier et il me manquait déjà. Un léger soupire s'échappa de mes lèvres. « Mademoiselle Columbus, une femme ne soupire pas! » Un jour ou l'autre, j'allais péter les plombs. Si l'église prenait feu, il ne faudrait pas chercher bien longtemps pour trouver la pyromane. Plus le temps passer et plus j'avais envie de tout laisser tomber pour aller m'installer toute seule. Le problème c'est que je n'avais pas moyen de subvenir à mes besoins et hors de questions de partir loin de Théo. S'il y avait une personne qui me retenait ici, c'était lui. La seule chose que j'avais envie de faire dans cette journée, c'était tout simplement d'aller le retrouver en espérant qu'il ne se casse rien pour une fois. Mais avant de pouvoir sortir, je devais m'acquitter d'une tâche. Jouer du piano, sans erreur...

Si j'aimais le piano ? Pas vraiment, mais mon père adorait ça... et il souhaitait que je prenne sa place dans l'orchestre de la chorale... Mes doigts entamèrent donc  pour une énième fois le début de « la lettre à Elise » Heureusement, il s'agissait d'une de mes chansons préférées, celle qui me permettait de m'évader dans mes pensées pour y retrouver Théo  « Parfait, mademoiselle, vous pouvez disposez, en douceur, une dame ne court pas » Dès que je fus hors de vie de Mary Poppins XD, je m'élançais à vivre allure dans le couloir d'entrée pour enfiler mes chaussures. « Miss Columbus ? » la voix stridente de l'harpie retentit dans mes oreilles, mais cette fois-ci elle n'arriva pas à me retenir. Elle avait sûrement encore des trucs à dire, mais je m'en foutais totalement. Oubliant tout son code de conduite, je lui claquais la porte au nez avant de m'élancer vers mon vélo. Exaspérée, ma gardienne s'élança à ma poursuite en hurlant mon prénom comme une dégénérée. « Je croyais qu'on haussait pas la voix:siffle: » lui fis-je passer avant de me mettre à pédaler pour m'éloigner sur la route. La dernière vision d'elle fut de la voir étaler dans l'herbe, elle avait du se prendre les pieds dans un des trucs que j'avais laissé trainer ce matin...

Avant de prendre la direction du stade, je bifurquais par l'église. Loin de moi l'idée de prier, mais je pouvais tout de même faire brûler un cierge pour qu'il n'arrive rien à Théo. Vu tout ce qui lui arrivait, ça ne pouvait pas faire empirer les choses. À chaque fois que je le voyais sur le terrain, je passais mon temps à m'inquiéter. Et si un jour il prenait vraiment un mauvais coup, déjà qu'il ne faisait pas semblant, je craignais qu'un jour il ne se relève pas. Le perdre était inenvisageable. Parfois, j'avais envie qu'il y mette fin, mais lui demander d'arrêter de jouer n'était pas la bonne option, il aimait trop ça. Une fois le cierge allumait, j'abandonnais l'église pour bondir sur mon vélo qui possédait encore ses roulettes, une mesure de sécurité, on est jamais trop prudent. Au moins comme ça, j'étais stable. Il me fallut dix bonnes minutes pour arriver au stade. Dommage pour moi, Théo était sûrement déjà arrivé. Je détestais le louper, à cause de l'autre folle, j'avais raté quelques minutes en sa compagnie et celles ci étaient précieuses « L'amour est une question de timing, il faut beaucoup de chance pour tomber sur la bonne personne, au bon moment, au bon endroit » laissais-je échapper avant de m'élancer dans les gradins. C'est sûr que ma « gouvernante » ne pouvait pas comprendre ça, elle ne connaissait rien à l'amour, mes parents n'ont plus. Je m'étais souvent demandée s'il s'aimait vraiment ou s'il s'était mis en couple pour ne pas être seul. La deuxième solution était surement la bonne... même s'ils n'en parlaient pas ça se ressentait. Ils ne s'aimaient pas... en tout cas pas comme je m'imaginais l'amour. Ils manquaient de fusion, de tendresse, de rire, de toucher, d'amour tout simplement...


Abandonnant mon vélo, je montais rapidement dans les gradins pour prendre place. Théo ne mit pas longtemps à faire son apparition. Qu'est-ce qu'il était beau... il y avait tant de choses que je voulais lui dire, mais par où commencer... La dernière chose que je voulais, c'était qu'il prenne peur et qu'il disparaisse de ma vie. Mon regard scruta le terrain et je ne pus m'empêcher de râler quand l'une de leur pompomgirl l'embrassa sur la joue. « Qu'on lui coupe la tête » grognais-je avant de poser ma tête dans la paume de ma main quelque peu énervée par la tournure de la situation. Si le simple fait de le voir faire la bise a une fille me mettait dans tous ces états, je ne préférais pas penser au jour où il me présenterait sa petite amie... Le pire jour de ma vie !

Mon regard se posa ensuite sur Thomas et sur... Lucas. Le pauvre gamin venait de tomber par terre et l'autre ne prenait même pas la peine de l'aider à se relever, quel abruti. Énervée, je détournais mon regard lui pour le poser sur mon Théo qui était en train de s'échauffer. Pourvu qu'il ne mette pas de pieds dans un trou... Bien trop intéressé par ce qu'était en train de faire Théo, je n'avais pas vu Lucas monter à travers les gradins jusqu'à moi. Pendant une seconde, je le regardais perplexe. Thomas voulait me donner une lettre, la bonne blague. « Merci Lucas, attend un peu.. » J'enlevais rapidement la boue qu'il s'était mis sur le visage avant de lui dire qu'il pouvait partir. « Merci » un large sourire se dessina sur son visage enfantin et il s'éloigna de moi en sautillant. Qu'est-ce que ça pouvait être bien l'enfance.. Les choses devenaient bien trop compliquées quand on grandissait..

Quelques secondes plus tard, j'ouvrais l'enveloppe avant d'en tirer une lettre avec une légère odeur. Elle me rappelait quelque chose, mais quoi.. j'avais déjà senti ce parfum... Je l'adorais d'ailleurs, mais j'étais incapable de me souvenir de l'endroit ou j'avais bien pu la sentir. Mon cœur fit un boum énorme à la lecture de ses mots , il marqua un temps d'arrêt sur le th. L'écriture était si semblable à celle de Théo que pendant un moment, j'ai pensé qu'il était l'auteur de la lettre. Impossible, il était en train de s'entrainer ... et puis Th c'était aussi les initiales de Thomas. La comparaison avec le vif d'or était sublime, elle me correspondait tellement, moi qui depuis le départ prenait Thomas pour un abruti de première, je mettais tout simplement bien trompée. Malgré le bonheur qui venait de m'envahir, c'était la première fois que je me sentais vraiment aimée, je ne pus m'empêcher de ressentir une certaine déception en comprenant que Théo n'était pas derrière tout ça. Il était peut-être temps que je le laisse partir. Un jour ou l'autre, j'allais devoir affronter la vérité et ce jour-là risquait de faire mal, très mal. Alors maintenant que la vie m'offrait une chance, c'était peut-être l'occasion de la saisir. Si Thomas m'aimait à ce point, je pouvais aussi tomber amoureuse de lui, j'étais amoureuse de ses mots, un petit pas de plus et j'allais aimer l'attrapeur de l'équipe. Un sourire se dessina sur mon visage tandis que je rangeais avec précaution la lettre dans ma poche. Elle était trop belle pour qu'elle finisse toute froissée.

Une fois l'entrainement terminé, je descendais rapidement dans l'espoir de parler à Thomas, mais il me passa devant sans m'accorder un regard. Je haussais les sourcils, il devait être timide... et bien ça n'allait pas être facile cette histoire. Mon regard abandonna le beau blond pour se poser sur Théo qui arrivait à la traine... Boiteux... Comme toujours. «  ça va , tu t'es pas fait trop mal ?» Ma main se posa avec tendresse sur son visage pour observer l'énorme bleu dessinait sur son visage. Il s'était encore pris un cognard « Je vais te soigner ça... » Un air taquin se dessina sur mon visage tandis que je tirais sur son tee-shirt qui lui collait à la peau. « Va te laver avant.. je t'attends, faut que je te dise quelque chose »



Le cœur d’une femme est un océan de secrets.
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
avatar
Lily Livingston
as Aylee Columbus

as Aylee Columbus
Voir le profil de l'utilisateur
http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t6-lily-vous-savez-moi-je-ne-crois-pas-quil-y-ait-de-bonne-ou-de-mauvaise-situation http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t81-lily-never-grow-up

Débutante

✮ AVATAR : Park Shin Hye
✮ PSEUDO : Melo
✮ CREDITS : NeverSky
✮ DATE DE NAISSANCE : 14/07/1988
✮ AGE : 29
✮ REPLIQUES DONNEES : 442



✮ POINTS D'AUDIMAT : 5930
✮ POINTS DE PARTICIPATION : -3142
✮ APPARITION DANS LA SERIE LE : 03/04/2014
✮ MON ROLE DANS LA SERIE : Aylee Columbus
✮ COTE COEUR IRL : Amoureuse et accro <3 . Que toutes les Fans se fassent une raison , Min Sung n'est plus célibataire :teehee: , il est à moi :loove:
✮ COTE COEUR SERIE TV : En couple avec l'homme de sa vie , son âme soeur <3

Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Mai - 0:39


You're my golden snitch

J’étais fin prêt pour l’entraînement. Harnaché comme un joueur de hockey, protections aux genoux et aux coudes, casque vissé sur le crâne et balai de Quidditch dans la main, je prenais la direction du terrain où les gars n’avaient pas encore fini de tout préparer. Thomas râlait dans tous les sens, il avait sûrement peur que ça fasse comme la dernière fois et qu’on commence l’entraînement avec deux heures de retard alors que la nuit commençait à tomber rapidement sur Meadfalls. L’été était parti depuis longtemps.
Ce qu’il y avait de bien avec Meadfalls, c’est que tout le monde se connaissait. Malgré 90% de la ville qui était bonne à être enfermée à l’asile (selon mon opinion…), les habitants de la ville faisaient preuve d’une énorme solidarité. Ce qui faisait qu’à chaque fois qu’on entrait sur le terrain de Quidditch, on nous acclamait comme des stars que nous n’étions malheureusement pas. Au bord de la pelouse trônait un énorme panneau avec le classement de la Ligue Américaine Officielle de Quidditch et Meadfalls se plaçait fièrement à la quatrième place… en partant de la fin… A une place près de la relégation… On n’avait pas intérêt à se louper lors du prochain match contre les Blaireaux de Dust Town qui allait se dérouler à la fin de la semaine. Ce n’était vraiment pas le moment pour moi de me blesser, aussi je vérifiais une dernière fois que tout mon équipement était bien en place. Alors que je testais la sangle de mon casque, la jolie chef des pompoms girls vint me faire une bise sonore sur la joue. « On croit en toi Théo !! Tu vas tout déchirer aujourd’hui… Et je parle pour le score !! Pas pour… ta jambe… » Elle me fit une grimace, j’avais l’impression qu’elle avait en tête une image de ma jambe complètement désarticulée lors du match d’il y a trois mois. Ma plus grosse blessure jusqu’ici Heureusement que j’avais un bon métabolisme qui me permettait de récupérer rapidement malgré les innombrables bobos que je cumulais depuis mon entrée dans le monde du Quidditch. Jetant un coup d’oeil vers les gradins, je vis Aylee, assise toute seule. Un sourire se colla sur mes lèvres alors que je lui faisais de grands signes pour la saluer. Mais Aylee avait le nez plongé vers ses genoux et c’est alors que je compris qu’elle était en train lire… Lire ma lettre. Mon sourire s’effaça aussitôt et je sentis des gouttes de sueur perler le long de mes tempes.

« T’es prêt, vieux ? On t’attend…! » me fit Thomas en me tapant sur l’épaule. C’était l’heure du briefing de l’équipe et tous attendait déjà dans le rond central. Jetant un dernier regard vers Aylee, je trottinais vers mes coéquipiers, n’écoutant les consignes de Thomas que d’une oreille.

« Théo, qu’est-ce que tu fous !! J’ai dit « en formation n°15 » !! Tu dois te placer de l’autre côté !! » hurla-t-il en me montrant le côté opposé de là où j’étais.

J’avais horriblement chaud. Je pouvais même dire que je me sentais pas très bien. Il n’y avait rien à faire, je n’arrivais pas du tout à me concentrer sur l’entraînement et ce qui devait m’arriver arriva. Un cognard me percuta en pleine poire. Heureusement, les cognards d’entraînement était moins costaud que ceux des matchs : j’allais m’en sortir avec une joue et une lèvre gonflées au pire Ca m'avait quand même mis KO durant quelques instants...

« T’es pas dedans aujourd’hui…! » me fit Thomas, à côté de moi alors que je reprenais doucement connaissance.

« T’as donné la lettre à Aylee, hein ? » bafouillais-je alors que je voyais de petites étoiles danser autour du capitaine de mon équipe.

« Ouais… Si j’avais su que ça allait te mettre dans un tel état, j’lui aurais donné ça après l’entraînement…! Tu fais vraiment n'importe quoi aujourd'hui...! » Il m’aida à me relever alors qu’il criait afin que toute l’équipe l’entende : « Fin de l’entraînement, tout le monde aux vestiaires !! »

Debout sur mes pattes, j’avais quand même du mal à marcher. Le balai me servait de canne, je m’appuyais dessus pour rejoindre Aylee qui était descendue des gradins et qui attendait près de la barrière. J’avais la trouille, un tract pas possible. Qu’est-ce qu’elle avait pensé de ma lettre ? Qu’est-ce que j’avais fait bon sang !! Je réalisais que c’était vraiment de la folie que de lui avoir écrit ce que je ressentais sur ce bout de papier. Et si… Si jamais elle me disait qu’il n’y a rien de plus que de l’amitié entre nous, comment j’allais vivre ça ? Comment notre amitié allait-elle réussir à traverser cette épreuve ? Elle allait prendre de la distance, c’était obligé, histoire que je ne me fasse pas d’illusions sur un possible avenir à deux… Mais une vie sans Aylee constamment à mes côtés, je ne pouvais pas. C’était impossible. Elle était ma raison de respirer.

«  Ca va , tu t'es pas fait trop mal ? » me demanda-t-elle de sa voix douce d’où trahissait une certaine inquiétude. Sa main vint effleurer ma joue gonflée. J’aimais quand elle se souciait de moi ainsi, quand elle me touchait. Les contacts n’étaient pas rares entre nous mais aujourd’hui, ils avaient une autre saveur. Parce que sa main apaisait en ce moment même les battements désordonnés de mon coeur qui avait la frousse.

« Je vais te soigner ça… » A chaque blessure, je pouvais compter sur elle. Elle avait toujours été là pour soigner mes petits bobos ou pour me conduire à l’hôpital quand ils étaient plus gros. Aylee, c’était devenue mon infirmière personnelle dès que je jouais au Quidditch. Dans son sac à dos, elle avait tout le nécessaire pour me soigner. A force, elle avait l’habitude de me voir ne pas terminer un match…
Un sourire sur les lèvres, sa main descendit, frôlant mon torse, avant de s’échouer en bas de mon tee-shirt, tirant légèrement dessus. C’était simple. J’avais arrêté de respirer. Mon coeur s’emballa à nouveau, complètement fou d’amour pour cette fille qui hantait mes jours et mes nuits depuis plus de deux décennies.

« Va te laver avant.. je t'attends, faut que je te dise quelque chose » Je crois que mon teint devait être blême à la fin de sa phrase. Je savais exactement ce qu’elle voulait me dire. De quoi elle allait me parler. Je regardais ses mains pour y trouver une trace quelconque de ma lettre mais elles étaient vides, ma lettre n’était pas là.

« O…kay… » baffouillais-je tout en la regardant sûrement comme un abruti. Je me retournais et prit lentement la direction des vestiaires, m’appuyant encore sur mon pauvre balai de Quidditch qui commençait à être dans un état aussi critique que moi au fur et à mesure des matchs.
Je n’avais pas du tout envie de rejoindre Aylee. Cette frousse innommable revenait au triple galop et la douche, glacée, (merci les coéquipiers qui avaient utilisé toute l’eau chaude) n’y faisait rien pour m’aider à avoir les idées plus claires. Je sortis rapidement des vestiaires, me frottant vivement les cheveux avec une serviette à l’emblème de l’équipe, cadeau de ma grand-mère pour mon dernier anniversaire. Le sac de sport, porté en bandoulière, cognait contre ma hanche au fur et à mesure de ma marche. Je n’avais plus que le terrain à traverser pour rejoindre Aylee. Elle était là, seule, si minuscule en bas des gradins vides. Il n’y avait que nous deux désormais dans le stade et j’avais l’impression que de l’extérieur, n’importe qui aurait pu entendre mon coeur qui battait à deux cent à l’heure dans ma poitrine. Un pas, puis un autre, et je me retrouvais à quelques centimètres à peine derrière ma meilleure amie adossée à la barrière. J’étais surpris qu’elle ne m’ait pas entendue arriver. Plaçant mes mains de part et d’autre du corps d’Aylee, m’appuyant sur la barre en fer, je posais ma tête contre son épaule et essayais de dire d’une voix la plus guillerette possible : « Alors ? Qu’est-ce que tu voulais me dire ? » Le sourire que j’avais affiché sur mon visage se figea soudain lorsque je réalisais qu’Aylee avait ma lettre entre ses mains… Je reculais légèrement afin de lui donner assez d’espace pour se retourner.

J’avais l’impression que le monde tournait soudain au ralenti. J’attendais qu’Aylee prononce sa sentence. Ma sentence. Et la seule pensée qui envahissait mon esprit était que je voulais lui arracher cette lettre des mains et la déchirer. Je n’allais pas survivre si je la perdais. Aylee était tout ce que j’avais.





avatar
Kim Min-Sung
as Théo A. Montgomery

as Théo A. Montgomery
Voir le profil de l'utilisateur
http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t7-min-sung-i-didn-t-create-the-fame-the-fame-created-me http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t82-min-sung-i-think-you-d-have-to-be-crazy-not-to-wanna-kiss-me

Superstar

✮ AVATAR : Lee Min HoT, Asian God.
✮ PSEUDO : NeverSky
✮ CREDITS : moi & nomarionette :)
✮ DATE DE NAISSANCE : 20/06/1988
✮ AGE : 29
✮ REPLIQUES DONNEES : 259



✮ POINTS D'AUDIMAT : 8305
✮ POINTS DE PARTICIPATION : -3477
✮ APPARITION DANS LA SERIE LE : 03/04/2014
✮ MON ROLE DANS LA SERIE : Théo, une crevette qui aimerait devenir un Golgoth du Quidditch... Accessoirement gros poissard xD
✮ MAISON : Escape - Venice Beach.
✮ COTE COEUR IRL : En train de mettre fin à cinq années de célibat... La tornade Lily a emporté mon coeur, je crois bien <3
✮ COTE COEUR SERIE TV : Je l'ai enfin attrapé... mon vif d'or... *-*
✮ MES PENSEES DU MOMENT :


✮ RPS EN COURS :



✮ Real Life ✮

Lily ♥️ "And we were flirting and teasing... And then we kissed."
Tous les acteurs de la série ♥️ Before The Show



✮ Série TV ✮

Aylee ♥️ "Real Love Stories Never Have Endings."

RP terminés:
 




Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Mai - 22:13


You're my golden snitch

« Faut vraiment que je devienne infirmière » dis-je, tout en le regardant partir vers les vestiaires en boitant. Il allait encore se retrouver avec de l'eau froide, les autres avaient tendance à la prendre pour eux et il arrivait souvent en râlant. Douche froide ou chaude, je le trouvais toujours aussi séduisant en sortant de la douche. Je ne pouvais pas m'empêcher de le toucher et aujourd'hui n'échappait pas à la règle. Le simple fait de le soigner et de m'occuper de lui me rendait euphorique et j'étais sûrement plus euphorique pour ça que pour la lettre. Malgré tout ce que j'avais pu ressentir en la lisant, je restais mitigée quant à mes sentiments. Je savais pourtant qu'il n'y avait qu'une chose à faire, tenter l'aventure avec Thomas, mais je ne pouvais pas m'empêcher d'aimer mon meilleur ami... et je craignais que cela ne change jamais.

Je ne manquais aucun des entraînements de Théo, mais à chaque fois, je ne pouvais pas m'empêcher de stresser pendant toute sa durée. Il me terrifiait avec sa facilité à se faire mal. À croire qu'il cherchait lui-même à se casser quelque chose. Le pire ce qu'il tentait de les éviter, mais d'une manière ou d'une autre les problèmes venaient toujours à lui. Il allait me tuer à force de toujours revenir boiteux. Ce n'était pas possible d'être comme ça... Je me voyais mal lui dire que chaque fois qu'il mettait sur le terrain était une vraie torture pour moi. Je détestais le voir sortir sur une civière. D'ailleurs le plus souvent, je finissais les matchs en sa compagnie dans l'infirmerie, rien de vraiment glorieux. Théo ne terminait que rarement ses matchs. Le plus triste c'est qu'il était un bon joueur, mais qu'importe son niveau de jeu, il était un aimant à cognard ce qui compliquait pas mal les choses. Malgré tout ces petits défauts qui faisaient de lui ce qu'il était, je ne lui voyais que des qualités. Il était prévenant, doux, gentil, intelligent, sportif ( malgré ses difficultés à rester sur le terrain pendant un match) . Pour moi, il était tout simplement l'homme parfait, je n'en avais jamais douté d'ailleurs, mais je n'avais jamais eu le courage de passer au-delà de notre amitié. Je préférais ne rien avoir au niveau amoureux que de le perdre et ça c'était non négociable. J'espérai qu'un jour, il soit remarqué par quelqu'un de la ligue. C'était son rêve... et si c'était le cas, il partirait loin, très loin de moi. L'idée me déplaisait, mais je ne pouvais pas me montrer égoïste au moins de le vouloir avec moi jusqu'à la fin de mes jours..

Je ne mettais jamais imaginé aimé quelqu'un d'autre que Théo, je n'avais jamais pensé à un avenir avec quelqu'un d'autre. Depuis toujours, il s'affichait comme le seul homme qui pourrait réussir à me combler. Mais plus le temps passé et plus je commençais à comprendre que cela n'était qu'un rêve de petite fille. Théo était mon prince charmant sur son beau cheval blanc. Cheval qui d'une manière ou d'une autre repartirait sans cavalier avec Théo en train d'excepter la coupe du gazon  . Mon père m'avait autorisé à lire de nombreux romans. Mes préférés, les romans d'amour bien sûr, mais dans la vie rien ne se passe comme dans un livre. Un jour ou l'autre il fallait savoir passer au-delà du rêve. Faire de sa vie un rêve et d'un rêve sa réalité, ce n'était qu'une belle connerie. J'avais essayé pendant des années et ça n'avait jamais essayé. Peut-être que je n'avais pas essayé assez fort.. Je laissais échapper un énième soupire avant de m'enfoncer un peu plus dans mon siège.

Cette lettre aurait dû me rendre euphorique, une petite partie de moi l'était. L'autre était rongée par l'idée qu'il était temps d'oublier mon rêve pour commencer enfin à avancer. J'avais passé tant d'années à rêve à une vie à deux avec Théo que je ne voyais pas comment je pouvais tomber amoureuse de quelqu'un d'autre et pourtant, j'étais bien décidée à le faire. Pendant longtemps, j'avais tenté de laisser quelques informations traînaient par si par là pour aiguiller Théo quant à mes sentiments, mais il n'y avait jamais eu de réponses. Pendant un temps, je m'étais mise à penser qu'il était comme moi et que la timidité le rongeait, mais il semblait bien plus à l'aise avec les filles que je ne l'étais avec la gent masculine. Pour me redonner un peu de courage, je ressortais la lettre avant d'abandonner mon siège pour aller m'adosser à la barrière. Théo n'allait sûrement pas tarder à arriver.


Mes yeux parcoururent l'écriture, elle était masculine, très semblable à celle de Théo, et pourtant, il n'en était pas l'auteur et il était temps que je me le mette en tête. Les bras de Théo qui se refermèrent autour de ma taille me firent tressaillir. Il arrivait à me faire ressentir tellement de choses avec un contact si léger que je me demandais bien comment je pouvais réussi à ressentir quelque chose d'aussi fort avec quelqu'un d'autre. Un léger sourire se dessina sur mon visage quand il recula pour me laisser de la place. Je ne pouvais m'empêcher de râler intérieurement. On aurait pu rester comme ça un peu plus longtemps. « ça peut attendre, avant je te soigne... » Avec Théo, j'avais appris à faire les premiers soins et je pouvais sans aucun doute devenir infirmière. « Assis toi » Dis, je avant de prendre ma trousse de secours qui me suivait partout désormais. Je me laissais tomber à ses côtés avant de me coller à lui pour passer avec attention de la pommade sur l'énorme bleu qui se dessinait sur son visage. « Tu vas me faire mourir de peur... » Il était impossible à toujours se faire mal. Je ne voyais même pas comment sa mère faisait pour supporter ça. J'en aurais été incapable. Pas de toute, je ferai uns père pot de colle, une vraie mère poule, incapable de supporter de voir son enfant se faire mal, ça changerait de mes parents qui jugeaient que parfois la souffrance était nécessaire... N'importe quoi.

« J'ai reçu une lettre... de Thomas » Un sourire se dessina sur mes lèvres tandis que je posais la lettre dans les mains de Théo. « Au début j'ai cru que c'était toi qui l'avais écrit, il a quasiment la même écriture que toi, mais en fait c'était lui.. » Je ne pus m'empêcher de montrer ma déception, énième tentative de faire réagir Théo. S'il voulait me dire quelque chose, c'était maintenant ou jamais... « Il me compare avec un vif d'or » Mes yeux se mirent à briller, j'adorais le vif d'or depuis que j'étais petite. « Tu te souviens dans Harry Potter quand Fred dit à Olivier : Saisis-toi du Vif d'or,donne ta vie pour ça, si c'est nécessaire ? J'ai toujours aimé cette partie... ça veut dire qu'il ne faut jamais baisser les bras. Parfois on connaît mal les gens, dire que j'ai toujours pris Thomas pour le plus grand des crétins du monde et il arrive à écrire une lettre si ... Sublime, comme s'il avait tout compris de moi. C'est la première fois que quelqu'un me dit ça... Je ne peux pas laisser passer l'occasion... » Je marquais une pause avant de jeter un coup d'œil sur le bleu de Théo. « Ah.. tu vas être beau à voir demain. » Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres tandis que j'appuyais légèrement sur son bleu. « ça fait mal hein ? Tu veux que je fasse un bisou pour faire passer la douleur ? » Et le pire dans tout ça c'est que j'étais sérieuse ...




Le cœur d’une femme est un océan de secrets.
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
avatar
Lily Livingston
as Aylee Columbus

as Aylee Columbus
Voir le profil de l'utilisateur
http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t6-lily-vous-savez-moi-je-ne-crois-pas-quil-y-ait-de-bonne-ou-de-mauvaise-situation http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t81-lily-never-grow-up

Débutante

✮ AVATAR : Park Shin Hye
✮ PSEUDO : Melo
✮ CREDITS : NeverSky
✮ DATE DE NAISSANCE : 14/07/1988
✮ AGE : 29
✮ REPLIQUES DONNEES : 442



✮ POINTS D'AUDIMAT : 5930
✮ POINTS DE PARTICIPATION : -3142
✮ APPARITION DANS LA SERIE LE : 03/04/2014
✮ MON ROLE DANS LA SERIE : Aylee Columbus
✮ COTE COEUR IRL : Amoureuse et accro <3 . Que toutes les Fans se fassent une raison , Min Sung n'est plus célibataire :teehee: , il est à moi :loove:
✮ COTE COEUR SERIE TV : En couple avec l'homme de sa vie , son âme soeur <3

Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mai - 12:37


You're my golden snitch

Les palpitations dans mon coeur étaient loin d’être agréables. J’avais l’impression qu’il allait sortir d’un moment à l’autre de ma poitrine ou que j’allais faire une crise cardiaque. Les secondes passaient au ralenti et j’attendais nerveusement qu’Aylee prenne la parole. Même si la seule chose que j’avais envie de faire là, c’était de m’enfuir et d’aller m’enfermer dans ma chambre. Me cacher, ne plus voir son regard. J’avais honte de ce que je lui avais écrit, c’était tellement nul que c’en était risible et puis j’avais peur… Comment avais-je pu oser mettre notre amitié en péril ainsi ?

« Ca peut attendre, avant je te soigne… Assis-toi.» me dit Aylee. Pourquoi remettait-elle la discussion à plus tard ? Ca « pouvait attendre » ? J’étais en train de mourir intérieurement mais Aylee trouvait que la conversation pouvait attendre… Je poussais un soupir. Ca voulait tout dire… Je passais par dessus la rambarde en fer et pris place sur l’un des sièges des gradins. Je la regardais faire, en train de fouiller dans son sac, cherchant après sa trousse de secours. La situation était encore plus horrible que je ne me l’étais imaginée. Je n’avais plus rien à espérer et Aylee continuait l’air de rien de prendre soin de moi. J’avais envie de lui attraper le poignet pour lui dire d’arrêter. J’avais merdé avec cette lettre et je n’avais pas envie de sa pitié. Si elle ne voulait (ou ne pouvait) pas répondre à mes sentiments, mieux valait arrêter cette comédie. J’avais peur de la perdre mais en même temps, jamais je n’allais pouvoir supporter de continuer à être près d’elle et qu’il y ait ce malaise, cette gêne entre nous…
Elle avait trouvé ce qu’elle cherchait, le tube de pommade et se mit à côté de moi afin de l’appliquer son mon visage. Je grimaçais. Ca faisait un mal de chien, encore un cognard qui allait me laisser un joli souvenir durant quelques jours… La proximité d’Aylee me rendait mal à l’aise, je la regardais du coin de l’oeil, elle était concentrée sur ce qu’elle faisait. Mais elle était proche, bien trop proche de moi…

« Tu vas me faire mourir de peur… » me dit-elle alors qu’elle finissait d’appliquer la pommade sur ma joue enflée. Elle s’éloigna lentement de moi, regardant mon visage pour voir si elle avait appliqué de la pommade partout, puis se pencha vers son sac pour ranger sa trousse de premiers soins. Je respirai à nouveau, comme si j’avais retenu l’air dans mes poumons tout le temps où Aylee m’avait soigné. Alors qu’elle se redressait à nouveau dans son siège, mes yeux virent immédiatement ce qu’elle tenait dans ses mains. Et, à nouveau, l’air ne passa plus dans mes poumons. La lettre. Ma lettre. Elle la regarda quelques instants avant d’esquisser un sourire. « J'ai reçu une lettre... de Thomas. » Qu… Quoi ??!! J’avais mal compris là ? Les yeux éberlués, je la regardais mettre la lettre dans ma main. J’étais complètement immobile, mes doigts ne se refermèrent même pas sur le morceau de papier entre mes mains et je sentais le vent le faire bouger. Thomas ? Une lettre de Thomas ?! Mais c’était MA lettre !! Comment est-ce que c’était possible qu’elle croit que ma lettre venait de Thomas ? Est-ce que cet enfoiré avait osé lui dire que la lettre était de lui lorsqu’il l’avait remise de ma part avant l’entraînement ??! Mon poing se referma sur le papier, le froissant légèrement. Blême, j’attendais qu’Aylee me raconte la suite. J’allais commettre un meurtre. « Au début j'ai cru que c'était toi qui l'avais écrit, il a quasiment la même écriture que toi, mais en fait c'était lui… » J’avais envie d’hurler « Mais c’est ma lettre !! Qu’est-ce qui te fait croire qu’elle vient de lui ??!! » mais aucun son n’arrivait à sortir de ma gorge. J’étais en train de nager en plein film d’horreur ou quoi ? Ou alors c’était la caméra cachée ? Tout le monde était en train de me faire une mauvaise blague ?
Aylee commença à me décrire ce qu’il y avait dans la lettre et je n’avais envie que d’une seule chose : qu’elle se taise. Je savais parfaitement ce que contenait cette lettre pour en être le seul et unique auteur et j’avais envie de vomir de voir qu’Aylee pensait que tout ça venait de Thomas. Thomas qui ne savait même pas aligner deux mots correctement dans toutes les dissertations qu’il avait rendues à l’école…!

« Il arrive à écrire une lettre si ... Sublime, comme s'il avait tout compris de moi. C'est la première fois que quelqu'un me dit ça... Je ne peux pas laisser passer l’occasion… » Mon coeur se serra dans ma poitrine alors que je tournais vivement la tête vers Aylee. Le geste me fit grimacer. Ma joue douloureuse se rappela à mon bon souvenir et je plissais les yeux pour éviter de crier. Mais j’avais envie d’hurler. Parce que la douleur qu’était en train de m’infliger ma meilleure amie, la fille que j’aime, était bien plus conséquente que ce bleu de rien du tout qui allait disparaître d’ici quelques jours… Mon coeur brisé en milliers de morceaux allait mettre bien plus de temps à guérir. S’il arrivait à guérir un jour…
Je ne savais pas ce qui me faisait le plus de mal dans cette histoire : qu’Aylee ait aimé ma lettre alors que j’étais persuadé d’avoir écrit de la merde et qu’elle allait la mettre immédiatement à la poubelle ou le fait qu’elle envisage une possible relation avec Thomas… Aylee avec Thomas ? Et tout ça grâce à la lettre que j’avais écrite pour elle ? Ce connard de Thomas allait me le payer : il avait osé dire que ça venait de lui…! A quoi il jouait ? Il m’avait déjà piqué la place de capitaine et d’attrapeur de l’équipe et maintenant il allait aussi me piquer la fille dont je suis amoureux ?

« Ah.. tu vas être beau à voir demain…! Ca fait mal hein ? Tu veux que je fasse un bisou pour faire passer la douleur ? » Je plongeais mon regard dans celui d’Aylee, ses yeux étaient rieurs alors que je sentais les miens devenir dangereusement humides. Elle ne se rendait pas compte de ce qu’elle venait de me dire ? Bien sûr que ça faisait mal ! J’avais un mal de chien !! Pour une fois à l’entraînement, je ne m’étais cassé aucun os mais cette fois-ci, c’était mon coeur qu’on venait de me briser… Et jamais je n’aurais pu penser que ce soit Aylee qui, sciemment, vienne me le détruire. Aucun bisou n’arriverait à atténuer cette putain de douleur qui m’étreignait le coeur. Dans un geste de colère, je serrais le poing à m’en faire mal sur le morceau de papier et je le remis, sans un mot, dans la main d’Aylee. Attrapant mon sac de sport à mes pieds, je me levais et passais à nouveau la barrière, m’éloignant des gradins et de ma meilleure amie. Je marchais à vive allure et, en quelques enjambées, j’étais déjà arrivé à la moitié du terrain. Je bouillais intérieurement. Une rage sans nom s’était emparée de moi. J’avais envie de pleurer, d’hurler, de mourir sur place. Je me retournais alors, regardant Aylee au loin, et me mis à hurler à plein poumon : « Tu ne l’aimes même pas Thomas !! Et là tu veux sortir avec lui ?! Juste à cause de quelques mots ? Celui qui t’a écrit cette lettre a peut-être tout compris de toi, Aylee, mais toi tu n’as rien compris ! » Aylee, ne pas aimer Thomas ? C'était un euphémisme...! Elle ne le supportait pas et l'avait toujours considéré comme le plus grand crétin de Meadfalls. Même s'il était un très bon joueur de Quidditch, sa personnalité était à part et... vraiment insupportable. Il passait son temps à emmerder le monde et prenait un malin plaisir à voir les autres souffrir de ses blagues. Alors, qu'Aylee puisse changer ainsi d'avis sur lui, ça me rendait complètement malade.

« Tu n’as rien compris… » murmurais-je alors que les larmes commencèrent à couler sur mon visage. Et je fis demi-tour, je ne voulais pas qu’elle me voit comme ça.

Mais celui que je maudissais le plus dans cette histoire, c'était moi. C'était de ma faute ce qui était en train de se passer et je n'avais même pas été capable de dire à Aylee la vérité...




avatar
Kim Min-Sung
as Théo A. Montgomery

as Théo A. Montgomery
Voir le profil de l'utilisateur
http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t7-min-sung-i-didn-t-create-the-fame-the-fame-created-me http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t82-min-sung-i-think-you-d-have-to-be-crazy-not-to-wanna-kiss-me

Superstar

✮ AVATAR : Lee Min HoT, Asian God.
✮ PSEUDO : NeverSky
✮ CREDITS : moi & nomarionette :)
✮ DATE DE NAISSANCE : 20/06/1988
✮ AGE : 29
✮ REPLIQUES DONNEES : 259



✮ POINTS D'AUDIMAT : 8305
✮ POINTS DE PARTICIPATION : -3477
✮ APPARITION DANS LA SERIE LE : 03/04/2014
✮ MON ROLE DANS LA SERIE : Théo, une crevette qui aimerait devenir un Golgoth du Quidditch... Accessoirement gros poissard xD
✮ MAISON : Escape - Venice Beach.
✮ COTE COEUR IRL : En train de mettre fin à cinq années de célibat... La tornade Lily a emporté mon coeur, je crois bien <3
✮ COTE COEUR SERIE TV : Je l'ai enfin attrapé... mon vif d'or... *-*
✮ MES PENSEES DU MOMENT :


✮ RPS EN COURS :



✮ Real Life ✮

Lily ♥️ "And we were flirting and teasing... And then we kissed."
Tous les acteurs de la série ♥️ Before The Show



✮ Série TV ✮

Aylee ♥️ "Real Love Stories Never Have Endings."

RP terminés:
 




Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mai - 21:11


You're my golden snitch

Enfants, on jouait très souvent au quidditch , j'étais le vif d'or, il était l'attrapeur... Cette lettre me laissait songeuse. Beaucoup de choses me rappelaient Théo, jusqu'à l'odeur qui émanait de celle-ci. Je n'avais pas été en mesure de m'en souvenir en l'ouvrant, mais maintenant qu'il était avec moi et qu'il était propre je pouvais sans aucun doute dire qu'il s'agissait de son parfum, celui que j'adorais tant. C'était troublant tous ces indices qui me faisaient penser à Théo, alors que la lettre venait de Thomas. Est-ce qu'il l'avait aidé à la rédiger ? Septique, je gardais cela pour moi, j'allais avoir tout le temps de lui poser la question, mais avant de m'occuper de moi, je préférais prendre soin de lui. C'était comme ça qu'on était depuis enfant et je m'étais bien trop souvent imaginé mariée avec lui. Plus le temps passait et plus mon rêve était en train de se faire la malle. Pas de magnifique robe blanche et de photos souvenirs avec nous deux sur le perron de l'église, fou amoureux l'un de l'autre... Non, il allait se trouver une jolie fille, comme l'autre de toute à l'heure et il allait m'oublier. Quant à moi, j'allais terminer avec le seul mec ayant réussi à me percer à jour : Thomas. Cette vision de vie ne m'enchantait pas vraiment, mais plus le temps s'écoulait et plus je me sentais oppresser chez moi. J'avais besoin de sortir, de vivre une nouvelle vie. Si je continuais à vivre comme ça, j'allais finir nonne ou bonne à enfermer dans l'asile de Meadfalls. Une chose était sûre, il était temps d'arrêter de rêver et de croire au grand amour. Je devais arrêter de penser que Théo allait terminer par me dire qu'il m'aimait comme un fou, qu'on allait se marier, avoir des enfants et un chien. C'était stupide et immature. Depuis le temps qu'on vivait des choses ensembles, il aurait bien fini par me le dire. Il ne l'avait jamais fait...

Assise sur mon siège, j'observais Théo faire connaissance avec cette lettre. Alors que je l'imaginais être heureux pour moi, pour une fois que quelque chose de bien m'arriver, il affichait un air perdu et totalement hagard. « Théo ? » Laissais-je échapper à demi-mot, craignant qu'il fasse une commotion cérébrale dû au choc avec la cognard qu'il avait subi toute à l'heure. Non... Pas ça, ça pouvait être fatal. Il n'était pas du tout rassurant et je commençais sérieusement à me demander ce qu'il était en train de se passer dans sa tête. Je détestais ce genre de moments. Habituellement, on était toujours connecté. On était toujours sur la même longueur d'onde, de vraies âmes sœurs, même si lui ne l'avait pas remarqué. Je ne comprenais pas... qu'était-il en train de se passer dans sa tête à ce moment précis. Pourquoi me semblait-il si loin de moi, alors que nous avions l'habitude d'être si fusionnels. Mon petit moment euphorique s'évapora au fur et à mesure que le visage de Théo se durcissait. C'était simple, je ne l'avais jamais vu comme ça, il était devenu si froid que ça me déstabilisait totalement. Qu'est-ce que j'avais pu faire ou dire pour qu'il réagisse de la sorte. « Théo ? Ça va ? » Mes mots mourraient dans ma bouche, il n'avait même pas dû les entendre, je commençais à craindre le pire. Ma main se referma sur son poignet, c'était devenu un moyen de me rassurer. Théo était mon point d'ancrage, il l'avait toujours été. Dans ce monde ou rien n'allait comme il faut, il avait toujours été là. Je ne pouvais pas me sentir aussi bien avec quelqu'un d'autre que lui, j'en étais incapable, mais je voulais aussi tenter de vivre ma vie. Celle-ci s'annonçait cependant bien difficile sans Théo, voir même impossible. Quand il se leva pour s'éloigner, je restais quelques secondes dans une sorte de désarroi sans nom. C'était simple, je ne m'étais jamais sentie aussi mal de ma vie. « Théo ? » Je n'arrêtais pas de répéter son nom, tentative désespérée pour qu'il se retourne, qu'il me regarde, ou même qu'il me crie dessus. Je voulais tout simplement qu'il me montre que j'étais là et que je n'avais tout bonnement pas disparu de sa vie. Abandonnant mes affaires sur mon siège, je m'élançais à sa poursuite manquant de me vautrer en passant par-dessus la rambarde. Ça, c'était plus un truc pour Théo que pour moi. C'était lui le sportif dans l'histoire, moi, j'étais plus l'intellectuelle. Je m'étais toujours moquée des petits défauts de Théo, je l'avais toujours aimé comme il l'était et dès que je trouvais un moyen d'être encore plus proche de lui, je n'hésitais jamais très longtemps.

« Tu ne l'aimes même pas Thomas !! Et là tu veux sortir avec lui ?! Juste à cause de quelques mots ? Celui qui t'a écrit cette lettre a peut-être tout compris de toi, Aylee, mais toi, tu n'as rien compris ! » Interloquée, je mis quelques secondes avant de réussir à saisir ses propos. Il avait raison, il avait atrocement raison, mais je ne voulais tout simplement pas l'admettre. J'étais une romantique née, je rêvais d'une belle histoire d'amour et cette lettre m'offrait un doux espoir. Peut-être que je m'étais trompée sur lui, peut-être que Thomas se donnait tout simplement un style et que dans le fond, il était bien plus sympathique qu'il ne laissait paraître. Après tout, ne disons pas :À défaut d'être, on se console de paraître. Depuis le tout début de notre aventure, nous n'étions jamais arrivés à ce genre de scènes. Nous nous étions chamaillés, comme tout à chacun, mais cela n'avait jamais pris une telle mesure. Mon cœur se serra, je ressentais aucune envie de rire, ni de sourire, je voulais tout simplement pleurer. Pas parce qu'il venait de me dire m'avait blessé, mais à cause de la manière dont il avait prononcé ces quelques paroles. « Je.. » Mes mots se perdirent dans un trémolo tandis que je portais mes mains à ma veste, honteuse, perdue et totalement désarmée face à la colère qui émanait désormais de mon meilleur ami. Mais pourquoi réagissait-il ainsi [ lily = Il t'aime grosse nunuche, saute-lui au cou, embrasse le !! ]

« Tu n'as rien compris... » Il s'était retourné, impossible pour moi désormais de voir son visage. Il fallut qu'il s'éloigne de quelques mètres pour que je me lance à sa poursuite. Il était temps qu'il me donne une explication, si je n'avais rien compris, n'était-il pas censé m'expliquer ? J'accélérais mon allure pour le dépasser. Machinalement, ma main se referma sur son poignet pour l'obliger à s'arrêter avec le peu de forces que je possédais. « J'ai rien compris ? J'ai pas le droit de croire ou d'espérer que quelqu'un puisse m'aimer ? Peut-être qu'il est différent ? Pourquoi ne mériterait-il pas une chance ? S'il a écrit tout ça avec tout son cœur, c'est la moindre des choses de lui laisser une chance. J'en peux plu, j'en ai marre de vivre chez mon père comme une nonne. J'ai besoin de vivre, je peux pas passer ma vie à attendre le grand amour, il ne viendra jamais ! Qu'est-ce qu'il y a Théo, si tu as envie de me dire quelque chose, qu'importe de quoi il s'agit ! Dis moi le! J'attends que ça ! » C'était la première fois que je lui parlais de la sorte, avec autant de rage. Il venait de se ramasser tout le mal-être familial que je gardais en moins depuis des années. Je n'en pouvais plus, j'étais au beau du rouleau, je voulais goûter à autre chose. Je n'étais pas non plus en train de lui dire que j'allais tomber dans les bras de Thomas, impossible, mais je pouvais au moins essayer. J'étais sûre et certaine qu'aucun homme ne pourrait jamais le remplacer, mais attendre Théo ne m'apportait plus que de la désillusion. « Pourquoi tu t'énerves, on sait jamais crier dessus comme ça ? » Hurlais-je prise dans une crise de larmes ! Pleurer, ça m'arrivait souvent, Pleurer à cause de Théo aussi, mais comme ça jamais...




Le cœur d’une femme est un océan de secrets.
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
avatar
Lily Livingston
as Aylee Columbus

as Aylee Columbus
Voir le profil de l'utilisateur
http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t6-lily-vous-savez-moi-je-ne-crois-pas-quil-y-ait-de-bonne-ou-de-mauvaise-situation http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t81-lily-never-grow-up

Débutante

✮ AVATAR : Park Shin Hye
✮ PSEUDO : Melo
✮ CREDITS : NeverSky
✮ DATE DE NAISSANCE : 14/07/1988
✮ AGE : 29
✮ REPLIQUES DONNEES : 442



✮ POINTS D'AUDIMAT : 5930
✮ POINTS DE PARTICIPATION : -3142
✮ APPARITION DANS LA SERIE LE : 03/04/2014
✮ MON ROLE DANS LA SERIE : Aylee Columbus
✮ COTE COEUR IRL : Amoureuse et accro <3 . Que toutes les Fans se fassent une raison , Min Sung n'est plus célibataire :teehee: , il est à moi :loove:
✮ COTE COEUR SERIE TV : En couple avec l'homme de sa vie , son âme soeur <3

Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mai - 23:22


You're my golden snitch

Fuir. Il fallait que je m’éloigne le plus vite possible d’Aylee que je voyais passer la rambarde et se rapprocher. Il fallait que je mette de la distance, c’était vital. Je n’allais pas pouvoir survivre à ça, l’entendre me dire à nouveau que tout à coup sa vision sur Thomas avait complètement changé, qu’elle était prête à commencer quelque chose avec lui. Je voyais notre amitié se détruire devant mes yeux et tout ça, j’en étais le seul et unique responsable. Si je n’avais pas écrit cette maudite lettre, nous n’en serions pas là, tout se serait passé comme d’habitude, j’aurais fini l’entraînement et Aylee et moi on aurait passé la fin de la journée ensemble jusqu’à ce que je la ramène avant l’heure du couvre-feu jusqu’à chez elle où son père allait l’attendre de pied ferme et lui faire une nouvelle fois la morale sur le fait qu’elle traîne avec moi. Oui, tout aurait dû se passer comme ça mais il avait fallu que j’ouvre mon putain de coeur et que je couche sur du papier tout ce que je ressentais pour elle. Et elle avait aimé ce qu’elle avait lu… Mais pour elle, cette fichue déclaration était signée de la main de Thomas et je percutais seulement maintenant pourquoi elle se méprenait sur l’auteur de la lettre : déjà, j’y avais parlé du vif d’or. C’était peut-être mon rêve de devenir attrapeur dans une équipe de Quidditch mais c’était le poste actuel de Thomas dans notre équipe des Licornes de Meadfalls… Et puis, comme un con, j’avais terminé par « Th. »… Les deux premières lettres de mon prénom mais aussi celles de ce con de Thomas. Si j’avais pu me frapper là, je l’aurais fait. Comment avais-je pu être aussi nul ? Nul au point que la fille que j’aime ne se rende même pas compte que c’est de moi qu’il s’agit… Le dos tourné à Aylee, j’avançais vers la sortie du stade mais c’était sans compter sur ma meilleure amie qui avait accéléré le pas pour me dépasser et me retenir par le poignet. Sentir sa peau contre la mienne me donnait l’impression que son contact me brûlait. Je l’écoutais se lancer dans une longue tirade dont chaque mot me poignardait le coeur. Elle m’exhortait de lui parler, de lui dire ce que j’avais à lui dire et je restais là comme un con, à espérer qu’elle ne voit pas les larmes qui coulaient sur mes joues. Mais vu comment elle pleurait de son côté, j’espérais qu’elle ait la vue trop embrouillée pour voir quoi que ce soit. Je détestais la voir pleurer. Je détestais être celui qui la faisait pleurer. C’était d’ailleurs la première fois que je la voyais dans un tel état. Si je n’avais pas déjà été en train de pleurer, la vue des sillons des larmes sur les joues d’Aylee m’aurait définitivement fait fondre en larmes… « Pourquoi tu t'énerves, on s’est jamais crié dessus comme ça !! » continua-t-elle de me hurler dessus. Dans ma tête, je n’avais qu’une image : Aylee main dans la main avec Thomas. Et cette vision me donnait quasiment la nausée. Je regardais la main de ma meilleure amie qui s’accrochait à mon poignet et je ne savais pas trop quoi lui dire. Qu’est-ce qu’il y avait à ajouter à tout ça ? Elle venait de me sortir qu’elle n’allait pas passer sa vie à attendre le grand amour, qu’il ne viendrait jamais. Et moi, j’avais senti mon coeur se tordre de douleur dans ma poitrine. Dire que j’étais là, que j’avais toujours été là, à mourir d’amour pour elle et qu’elle ne voyait même pas que j’existais… Que j’étais prêt à l’aimer comme elle en avait toujours rêvé mais j’étais devenu totalement transparent… J’étais en colère contre le monde entier et je sentais une boule de rage se former dans mon ventre. Il valait mieux qu’Aylee me lâche parce que j’étais sur le point d’exploser. Et j’avais peur des mots qui pourraient sortir de ma bouche. Mais elle s’accrochait désespérément à moi, attendant une réponse, quelques mots, de ma part.

« Comment tu peux encore croire au grand amour Aylee ? Tu as vu dans quelle ville on habite ? Les 3/4 des habitants sont bons à être enfermés, tous les jeunes de notre âge on les fréquente depuis l’école maternelle… Si tu avais rencontré le grand amour à Meadfalls, tu t’en serais rendue compte depuis, non ? » J’avais tellement mal d’être inexistant, amoureusement parlant, à ses yeux que je n’hésitais plus à dénigrer cette ville où on en avait grandi tous les deux et la dénigrer elle. Elle était aveugle. Elle n’avait jamais vu que moi je la regardais…

« Alors oui, t’as peut-être des envies de liberté, avec un père comme le tien je comprends parfaitement pourquoi, mais te voir prête à te jeter dans une histoire avec un gars comme… Thomas… » Je grimaçais de dégoût en prononçant son prénom. Ca me faisait vraiment trop mal de me les imaginer ensemble.

« T’es aussi naïve au point de croire que quelques mots doux changent le gars qu’il est ? Il est devenu tout à coup le prince charmant sur son cheval blanc que tu attends ? Ouvre les yeux, Aylee… On parle de Thomas, là… Mais ça sert à quoi que je me tue à vouloir te faire ouvrir les yeux… T’es prête à lui donner sa chance… Alors la seule chose que j’ai à te dire, Aylee… C’est « sois heureuse »… En tant qu’ami, c’est tout ce que je peux te souhaiter… » Je donnais un coup sec avec mon bras pour me détacher de son emprise. J’avais l’impression que tout était fini, que ce lien magnifique entre nous venait de se briser et qu’il était irréparable…

Je m’éloignais progressivement d’elle et j’attendis d’être arrivé dans ma voiture pour fondre en larmes, laissant couler tout mon chagrin…




avatar
Kim Min-Sung
as Théo A. Montgomery

as Théo A. Montgomery
Voir le profil de l'utilisateur
http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t7-min-sung-i-didn-t-create-the-fame-the-fame-created-me http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t82-min-sung-i-think-you-d-have-to-be-crazy-not-to-wanna-kiss-me

Superstar

✮ AVATAR : Lee Min HoT, Asian God.
✮ PSEUDO : NeverSky
✮ CREDITS : moi & nomarionette :)
✮ DATE DE NAISSANCE : 20/06/1988
✮ AGE : 29
✮ REPLIQUES DONNEES : 259



✮ POINTS D'AUDIMAT : 8305
✮ POINTS DE PARTICIPATION : -3477
✮ APPARITION DANS LA SERIE LE : 03/04/2014
✮ MON ROLE DANS LA SERIE : Théo, une crevette qui aimerait devenir un Golgoth du Quidditch... Accessoirement gros poissard xD
✮ MAISON : Escape - Venice Beach.
✮ COTE COEUR IRL : En train de mettre fin à cinq années de célibat... La tornade Lily a emporté mon coeur, je crois bien <3
✮ COTE COEUR SERIE TV : Je l'ai enfin attrapé... mon vif d'or... *-*
✮ MES PENSEES DU MOMENT :


✮ RPS EN COURS :



✮ Real Life ✮

Lily ♥️ "And we were flirting and teasing... And then we kissed."
Tous les acteurs de la série ♥️ Before The Show



✮ Série TV ✮

Aylee ♥️ "Real Love Stories Never Have Endings."

RP terminés:
 




Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Mai - 14:02


You're my golden snitch

Mes points s'étaient refermés à tel point que je commençais sérieusement à avoir mal aux mains. S'il y a bien une chose que j'ai toujours détestée, c'est me sentir en conflit avec quelqu'un. J'ai toujours détesté ça, jusqu'alors une telle chose n'était jamais arrivée entre nous et je n'arrivais tout simplement pas à comprendre ce qui se passait dans la tête à mon meilleur ami. J'avais bien une petite idée en tête, mais celle-ci était légèrement tirée par les cheveux, ce n'était tout simplement pas possible. Je continuais encore et encore à vouloir faire de mon rêve une réalité. Si Théo m'aimait, il me l'aurait tout simplement dit, il n'y avait pas de raison pour qu'il me la cache ? Si avec tout ce qu'on avait vécu jusqu'ici, il n'avait pas compris que j'étais amoureuse de lui, c'est qu'il avait sérieusement besoin de s'acheter des lunettes ou un livre de psychologie. En tout cas, une chose était certaine, il était en train de réduire mon petit cœur à néant. Déja que celui-ci n'était pas au top de sa forme depuis quelques temps. Il fallait que cette lettre arrive pendant une de mes périodes de doutes. Je n'étais peut-être pas sous mon meilleur jour pour voir les choses d'une manière claire, mais la colère de Théo me donnait plus envie de foncer dedans tête baissée que de tourner le dos à Thomas. J'avais l'impression qu'il voulait m'empêcher d'essayer et ça m'énervait !! Il voulait quoi que je reste avec lui toute ma vie pour lui garder ses enfants qu'il aurait eus avec une belle bonde, alors que je resterais chez moi à espérer qu'il finisse par comprendre son erreur. Non ce n'était pas possible, c'était juste hors de questions. Il y avait des limites à tout et j'avais quand même le droit de tomber amoureuse... Ou au moins d'essayer. Cependant, ça, il semblait avoir pas mal de difficultés à le comprendre.

Théo me connaissait bien, il savait comment je fonctionnais et il était finalement le mieux placer pour taper là où ça fait mal. Il venait de viser dans le mille, en pleins dedans. Depuis que j'étais gamine, il avait été aux premières loges. Si quelqu'un savait que je rêvais du grand amour, c'était bien lui. Je me pinçais la langue, il fallait à tout prix que j'évite de lui cracher à la figure, ce que j'avais sur le cœur. Si je sortais ce que j'avais sur le bout de la langue, il allait tout de suite comprendre le souci et vu la situation, c'était bien la dernière chose que je voulais voir arriver. Il osait me dire que c'était impossible, que je ne comprenais rien. Lui non plus n'avait rien compris. Le grand amour, j'aurais pu le vivre avec lui, si je n'avais pas été le seul à ressentir quelque chose. Si mon grand amour n'était pas capable de comprendre que j'étais en face de lui, il y avait comme un énorme souci de communication. Dire qu'il osait me dire ça !!! Qu'est-ce que j'avais pu être sotte de croire qu'il était possible que le grand amour avec lui existe. C'était sûrement la plus grosse erreur de ma vie. Hors de moi, je finissais tout de même par hurler " Peut-être qu'il est trop débile pour me remarquer" C'était ma dernière tentative pour qu'il me regarde différement , mais celle-ci échoua sans grande surprise.

On avait passé tellement de bons moments que je n'arrivais pas à accepter l'idée que nous étions en train de grandir et qu'il était peut-être temps désormais de vivre chacun de nos côtés. L'idée me terrifia, le simple fait d'y penser me plonger dans un puits sans fond, non c'était impossible, on ne pouvait pas en arrivée-là.

Le problème ne semblait pas être le fait que quelqu'un aime, mais plus qu'il s'agisse de Thomas. Je savais parfaitement que Théo le supportait de moins en moins depuis qui lui avait pris le poste d'attrapeur, mais je ne savais tout simplement pas qui le détestait à ce point-là. Stupide et aussi énormément candide, j'aimais l'idée que les personnages étaient aptes à changer, que nous n'étions pas prédéfinis et que Thomas n'était peut-être pas ce qu'il paraissait, comme je n'étais pas uniquement la fille du prêtre...

Les mots s'écrasèrent dans ma bouche, prise d'une crise de larmes, j'étais incapable d'articuler une phrase dans son entier, la seule chose que je pouvais faire c'était tenter d'encaisser et surtout le regarder partir. « ça sonne comme un au revoir... » Finis-je par dire entre deux spasmes. Comment avions-nous pu en arriver là ? Tout avait si bien commencé. Qu'est-ce que j'avais pu être idiote, je n'aurais jamais dû lui montrer cette lettre. J'étais habituée à tout partager avec lui, aujourd'hui j'aurais mieux fait de me pendre ! Je ne m'étais jamais sentie aussi faible, complètement désespérée, je me laissais tomber sur la pelouse du stade, incapable de faire autre chose pour le moment. Je me moquais du froid qui commençait à traverser mes vêtements, encore moins de certains personnes qui me regardaient, la seule chose que j'avais à l'esprit pour le moment, c'était tout simplement de savoir si Théo venait de mettre fin à notre amitié. Je n'aurais surement pas dû y penser, les larmes se remirent à couler à flots. À croire que je venais d'enterrer quelqu'un,mais d'une certaine manière, c'était un peu le cas..




Le cœur d’une femme est un océan de secrets.
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
avatar
Lily Livingston
as Aylee Columbus

as Aylee Columbus
Voir le profil de l'utilisateur
http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t6-lily-vous-savez-moi-je-ne-crois-pas-quil-y-ait-de-bonne-ou-de-mauvaise-situation http://enjoy-the-show.rpg-board.net/t81-lily-never-grow-up

Débutante

✮ AVATAR : Park Shin Hye
✮ PSEUDO : Melo
✮ CREDITS : NeverSky
✮ DATE DE NAISSANCE : 14/07/1988
✮ AGE : 29
✮ REPLIQUES DONNEES : 442



✮ POINTS D'AUDIMAT : 5930
✮ POINTS DE PARTICIPATION : -3142
✮ APPARITION DANS LA SERIE LE : 03/04/2014
✮ MON ROLE DANS LA SERIE : Aylee Columbus
✮ COTE COEUR IRL : Amoureuse et accro <3 . Que toutes les Fans se fassent une raison , Min Sung n'est plus célibataire :teehee: , il est à moi :loove:
✮ COTE COEUR SERIE TV : En couple avec l'homme de sa vie , son âme soeur <3

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Thelee "You're my golden snitch."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GOLDEN DEMON 2011- ma chtite entrée !
» Golden Demon Baltimore 2010
» Pb pcb golden axe
» Oscars, Golden Globes, Cesars…(stars, strass, prix, nominés)
» Mod : Golden Gate Bridge avec d'autres couleurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enjoy The Show :: Mead'Stadium-